Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Emelbay

Poupée COROLLE : "maman blogueuse" - modeste réponse.

9 Décembre 2012 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Poupées Corolle

Bonjour Ariane,

 

Mon premier fils est né, il y a 22 ans et durant toutes ces années, j'ai surtout retenu deux choses :

 

- en matière d'éducation d'enfants, il faut rester modeste.

 

- il n'y a pas de parents parfaits, ni d'enfants parfaits.

 

J'ai essayé et j'essaye toujours de donner la meilleure éducation possible à mes fils. Ce n'est pas facile et les efforts ne portent pas toujours leurs fruits.

 

J'ai souvent l'impression de répéter les mêmes choses pour rien :

 

- " as-tu lavé tes mains"

- " as-tu brossé tes dents"

- "essuie tes pieds"

- "range ton cartable ........"

 

Et j'en passe des centaines et des centaines, encore meilleurs !

 

J'imagine que pour vous et beaucoup d'autres mamans, cela doit être la même rengaine.

 

Je ne vais pas non plus vous donner des leçons de psychologie enfantine. Je n'en ai pas les compétences. Il existe de vrais spécialistes dont c'est le métier, comme Françoise Dolto ou Marcel Rufo. Ils ont écrit beaucoup de livres sur le sujet.

 

Il me reste mon expérience. Mais je ne sais pas si elle vous sera d'une grande utilité.

 

C'est vrai que la place de "second enfant" ou celle du milieu lorsque la famille compte plus de deux enfants, n'est pas toujours facile à vivre.

 

Il y a l'ainé d'un côté qui fait de l'ombre ou qui est quelquefois jaloux du second et le troisième enfant qui occupe beaucoup la Maman et qui peut provoquer aussi la jalousie du second.

 

Le second est tiré vers le haut par l'ainé et grandit quelquefois trop vite. Ou alors il est tiré vers le bas par le troisième et a une certaine tendance à régresser, à jouer le bébé pour attirer l'attention de ses parents.

 

En fonction de son âge, il peut refaire pipi au lit, sucer son pouce ou voler la tétine du plus jeune que lui.

 

S'il est plus grand, il peut mener la vie dure à ses parents, mais sans faire de mal au bébé.

 

Bon, j'arrête là car je viens de me rendre compte que je pars, contrairement à ce que j'écrivais quelques lignes plus haut, dans un cours de psychologie enfantine.

 

En fait, je m'aperçois que je ne sais pas vraiment quoi vous écrire car je ne connais pas la nature exacte de vos soucis avec votre fils.

 

Si vous en avez envie et si vous en avez le temps, racontez-moi plus précisément ce qui se passe avec Byron.

 

Si j'ai connu des problèmes de la même nature avec l'un de mes fils, je vous répondrai et j'essaierai de vous dire si et comment j'ai réussi à régler le problème.

 

Je vous dis à bientôt.

 

Gardez le sourire : vos enfants sont en bonne santé. C'est déjà beaucoup, comme on dit.

 

Bien cordialement

 

Emelbay.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article