Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Emelbay

Poupée Corolle : Malou Ancelin et ses petites filles en 1988.

3 Décembre 2013 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Poupées Corolle

SDC12215-copie-1Nous nous étions arrêtés aux quatre filles de Malou Ancelin : Lili à la campagne, Lili au château, Lili au Mont Saint Michel (ma préférée) et la poupée en cuir.

Mais je me demande si cette dernière ne s'appelle pas Mimi ?

Peut-être ???? car il y a quelque chose qui ressemble à cela, inscrit à la main dans son cou. Mais je n'en suis pas sûre.

Et de toutes façons, Mimi, cela ne me plaît pas tellement et même pas du tout. Il va falloir que je réfléchisse à trouver un joli prénom digne de cette poupée.

Mais bon, j'en reviens à mon histoire et à l'année 1988 qui a vu naître trois autres filles de Malou Ancelin : Marie, Manon et Lola.

Nous en sommes maintenant à sept petites filles nées Ancelin et baptisées Corolle !

Quelle chance, sept filles dont plusieurs rousses, comme moi :)

Moi, j'ai cinq garçons et pas un seul rouquin, quelle chance aussi :)  (et j'assume car avoir les "cheveux oranges" quand on a 8, 12 ou même 16 ans, c'est pas toujours facile à vivre, je peux vous le dire !)

Bref !

En attendant de jouer à tétris avec mes cartons, je vous laisse avec d'anciennes photos de Marie, Manon et Lola prises au Musée de la poupée Corolle (qui n'existe plus, malheureusement. Je reçois souvent des messages me demandant où il se situait ).

 SDC12215

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Isabelle 12/12/2013 22:18

... elles ont toutes une expression un peu étonnée ... une expression mature ... elles portent les tenues des petites filles modèles du temps passé ... ce temps où les petites filles passaient,
sans transition, de l'enfance à l'âge adulte, sans adolescence, et surtout sans "crise d'adolescence"...

... C'est peut-être parce qu'elles ont "quelque chose de ce temps-là" que les poupées de Malou Ancelin dégagent cette impression de maturité ... et cette expression-là, elle fascine...

... Merci pour ce partage, Emelbay.

Je t'embrasse,

Isabelle