Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Emelbay

Les poupées de Marie-Françoise (4)

6 Avril 2010 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Marie-Françoise

L'amour des poupées, elle l'a en elle depuis bien longtemps.

 

Elle n'a jamais oublié la belle poupée Raynal que le père Noël lui a apportée lorsqu'elle était petite fille. Une poupée magnifique qu'elle osait à peine toucher tant elle avait peur de l'abimer. Sa maman a cru que la poupée ne lui plaisait pas, que ce cadeau ne lui faisait pas plaisir. Elle était très déçue car elle pensait avoir choisi la plus belle poupée pour sa petite fille chérie.

 

Mais elle a vite été rassurée quand Marie-Françoise lui a expliqué que cette poupée était tellement belle, tellement magnifique, tellement... tellement... , qu'elle ne savait pas comment la prendre dans ses bras. Elle avait peur de froisser sa robe, d'abîmer sa coiffure toute en  boucles savantes.

 

Alors sa maman a délicatement sorti la poupée de sa boite et l'a posée dans les bras de sa petite fille. Marie-Françoise se rappelle avoir retenu son souffle tellement elle était émue et heureuse.

 

Un grand moment de bonheur dans la vie de cette petite fille de 72 ans !

 

Et un jour, alors qu'elle parcourait une brocante en compagnie de sa fille à la recherche de meubles anciens, de vaisselle, de lampes à pétrole, elle est tombée nez à nez avec une poupée dont la seule vue a provoqué en elle, la même émotion que ce soir de Noël, il y a très longtemps.

 

Cette poupée là n'avait rien à voir avec la poupée de son enfance. C'était une poupée des années 1980. Une poupée Corolle de 60 cm aux longs cheveux blonds.

 

Un véritable coup de coeur, un coup de foudre au premier regard.

 

Alors qu'elle entendait sa fille lui dire, "tu viens Maman, on avance", Marie-Françoise demandait le prix de la poupée à la vendeuse "dix francs, Madame" .

 

Les yeux toujours fixés sur la poupée, elle a bafouillé "c'est bon, je la prends" et a tendu son billet de dix francs.

 

Comme la vendeuse voulait mettre la poupée dans un grand sac à la propreté douteuse, Marie-Françoise a dit : "non, pas de sac, je vais la porter. Merci".

 

Toujours sous le charme de cette rencontre magique, elle a rejoint sa fille, quelques stands plus loin, très occupée à négocier un bracelet ancien.

 

- " Ha te voila, je me demandais où tu étais passée. J'ai cru que je t'avais perdue.

 

 Ho, mais c'est quoi ça ? " dit elle en regardant la poupée, "qu'est ce que tu vas faire de ça ?

 

- c'est une poupée, tu vois bien ! Je la trouve très belle. Je vais l'emmener à la maison et la laver. Regarde sa robe rose, elle est magnifique et ses cheveux, touche comme ils sont doux !

 

- mais ça ne va pas toi ? Qu'est-ce qui te prend ?

 

- rien. J'ai eu le coup de foudre pour cette poupée. Tu ne peux pas comprendre. Tu n'as jamais aimé les poupées, vilaine fille que j'aime.

 

- Oh Maman, tu es incroyable ...

 

Et voila comment tout a commencé.

 

La belle poupée Corolle n'est pas restée seule longtemps. Elle a eu une petite soeur, puis une autre et encore une autre et ainsi de suite.

 

Si des collectionneuses de poupées lisent mon histoire, elles sauront très bien de quoi je parle...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Muriel 08/04/2013 08:18

C'est vrai que nous pouvons toutes nous retrouver dans Marie-Françoise ! Tu as un vrai talent de conteuse.

lalu 07/04/2010 16:40


c émouvant... et une fois de plus si joliment raconté...


EMELBAY 12/04/2010 19:35



Merci Lalu. Ton compliment me fait plaisir. Bisous



mifaon 07/04/2010 10:39


Encore une très belle et douce histoire joliment racontée ! C'est vrai qu'une petite part de Marie-Françoise vit en chacun(e) de nous... Gros Bisous !


EMELBAY 12/04/2010 19:36



Merci Mifaon. Ton avis compte beaucoup pour moi. Je te remercie de ton intérêt. Bisous