Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Emelbay

Histoire de brocante : poupée Corolle, seconde chance, seconde vie (2)

3 Décembre 2010 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Histoire de brocante

 

 

Entre le moment où j’ai commencé à écrire cette histoire et celui où je la poursuis, il s’est écoulé… un peu de temps que je n’ai pas vu passer !

Heureusement, je sais que je ne suis pas la seule à courir après le « temps libre », celui où l’on peut faire ce que l’on veut et oublier celui où il faut faire ce que l’on doit.

Je reviens en arrière au moment où j’étais en train de vous parler de la brocante de Créteil.

 

 

Cette année-là, nous étions deux copines à avoir monté un stand ensemble : quatre mètres de jouets, de livres, de bijoux fantaisie, de vêtements….Une table classique de vide-grenier.

Nous avions fini d’installer nos affaires, de ranger nos sacs et nos cartons et nous avions déplié nos sièges en toile.

Il était encore tôt et le jour venait à peine de se lever, mais le ciel promettait une belle journée et … météo France aussi !

Je décidais d’aller visiter « la concurrence » et surtout de partir à la recherche d’une petite poupée Corolle.

Je marchais tranquillement devant les stands, discutant à droite et à gauche, m’arrêtant de temps en temps pour inspecter une table ou un carton me semblant plus prometteur que les autres.

Et soudain, je l’ai vue, adossée à un vase, la poupée Corolle que je préfère, celle qui mesure 42 cm et qui a de longs cheveux.

Elle était là avec ses beaux yeux bleus, ses cheveux blonds.

Enfin, c’est comme cela que je la voyais, avec mes yeux de collectionneuse passionnée, d’admiratrice inconditionnelle des poupées Corolle.

En fait, la pauvre petite n’avait plus de cils à ses jolis yeux, ses cheveux étaient rêches et emmêlés, ses lèves avaient perdues leur couleur. Son body était tâché et elle ne portait aucun vêtement.

Mais grande chance, pas de trace de stylo ou de feutre autour des yeux ou sur les jambes. Traces souvent indélébiles ou très difficiles à faire disparaître.

Je l’ai prise dans les mains,, définitivement, car je savais déjà que je ne la laisserais pas sur cette table.

Je n’avais même pas demandé son prix.

Grosse erreur : et si celui-ci n’était pas raisonnable ? Les poupées Corolle ont de plus en plus la cote sur les brocantes.

J’ai donc demandé le prix à la dame qui tenait le stand. Son visage m’apparut comme familier, « une dame de devant l’école », j’en étais presque sûre.

« Oh, deux euros. Ma fille n’a pas tellement joué avec cette poupée. Elle aime surtout les barbies. Mais mon fils s’en servait pour jouer avec son château. Il disait que c’était une méchante géante qui voulait manger ses petits bonhommes. »

Pauvre poupée, ai-je pensé en moi-même et vilain petit garçon qui joue « à la guerre » avec une poupée Corolle !!

« Je prends la poupée (bien entendu !) ai-je répondu, soulagée que le prix soit si bas. Vous n’auriez pas des vêtements pour cette poupée, par hasard ?

 

Je ne sais pas. Il me reste encore un sac avec du bazar derrière. Je n’ai pas eu le temps de faire le tri. Tenez. Regardez si vous trouvez votre bonheur. Mais je vous connais, vous, vos enfants sont à Victor Hugo, non ?

 

 

 

Oui.

 

En quelle classe ? et bla bla bla…

Tout en répondant à la dame, je fouillais dans le sac et en retirait un chiffon sale qui avait dû être la robe de la poupée, une paire de chaussures et un manteau.

Les habits et accessoires étaient sales, mais pas déchirés, apparemment.

C’est pourquoi faire la poupée si vous n’avez pas de fille ?

 

Ben, c’est pour moi, je les aime bien.

 

Je crois bien que j’en ai d’autres à la maison. Je ne les ai pas apportées. J’ai déjà assez de bazar comme ça aujourd’hui.

     Je regarderai en rentrant et je vous le dirais la semaine prochaine.

Et vous en pensez quoi, vous de Madame Machin, c’est une bonne maîtresse ? parce que mon fils et patati et patata…"

 

     Je suis capable d’être la personne la plus patiente du monde ave la personne la plus bavarde du monde pour une poupée Corolle !!

 

Au bout d’un bon quart d’heure qui m’a semblé une éternité, j’ai repris mon chemin. J’ai continué ma promenade, toute contente d’avoir au fond de mon sac, ma belle poupée blonde, une poupée pleine de promesses à laquelle j’allais essayer de rendre sa beauté première.

J’ai encore acheté quelques bricoles et je suis retournée prendre ma place derrière mon stand.

La journée a été très agréable, entre les visites de mes enfants qui achetaient les jouets des tables voisines alors que moi j’essayais de vendre les leurs, enfin ceux qui ne les intéressaient plus ou ceux pour lesquels ils avaient passé l’âge, les bavardages avec les copines, les voisines et les clients.

Le soir venu, ma table était vide et mon porte-monnaie rempli de pièces.

Je ne fais pas cette brocante pour faire fortune (cela se saurait !). C’est surtout un moyen de vider un peu la salle de jeux  et les armoires et de passer une journée agréable QUAND LE TEMPS S Y PRETE !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

miss aline 04/12/2010 00:40


Ho le "j'en ai encore d'autres à la maison il faudra que je regarde" me fait suuuuuuuuuuuuuuuuposer une future super trouvaille ? non ... je me trompe...... avec toi.............. LOL