Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Emelbay

Histoire de brocante : mon copain Michel (fin)

13 Juillet 2010 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Histoire de brocante

Durant cette année là, j’ai fréquenté d’autres brocantes où j’avais toujours l’espoir de revoir Michel.

Mais cela ne s’est jamais produit.

Et lorsque l’année suivante, le vide grenier où j’avais fait sa connaissance, est enfin arrivé, j’avais hâte de m’y rendre.

Mon mari, à qui j’avais raconté cette drôle de rencontre, mais qui ne m’accompagne jamais sur les brocantes, espérait tout comme moi que mon ami le brocanteur serait présent. Il avait gagné sa sympathie, même s’il ne l’avait jamais rencontré.

Inutile de vous dire que je n’ai eu aucun mal à me lever ce dimanche là. J’avais un rendez-vous …

J’ai préparé un sac à dos dans lequel j’ai glissé une bouteille de c… light, un gros paquet de chips, une friandise pour Rouky et …. une bouteille de vin blanc sec !

 

Il n’était pas encore 9 heures lorsque je suis arrivée à la brocante. Un exploit pour moi.

La météo était un peu moins favorable que l’année passée. Le ciel était nuageux et le soleil un peu timide.

J’ai refait le même chemin, sans vraiment prêter attention aux différents stands et  avant même d’arriver à l’endroit où j’avais rencontré Michel, j’ai entendu sa voix :

-         « Raoul, tu le fais combien le livre de Tintin ? »

 

Il était là et moi tout-à-coup, j’étais pétrie par la timidité et le doute.

 

Je n’ai pas entendu la petite voix. Elle se faisait toute petite. Elle préférait se taire (pour une fois !!).

 

Et s’il ne se souvenait plus de moi ? et s’il ne me reconnaissait pas ? et si … et si ?

J’ai attendu quelques secondes, sans bouger, à quelques mètres des tables avant de me lancer.

Michel était assis sur sa chaise, Rouky à ses pieds. Il n’avait pas changé. Toujours le même chapeau. A ses côtés, se tenait, celui qui devait être Raoul.

Le cœur battant, un nœud au ventre, je me suis approchée.

-         « Bonjour Michel »

Un peu surpris, sans doute, que quelqu’un l’appelle par son prénom, il a tourné la tête.

Il m’a regardé et à son sourire, j’ai compris qu’il ne m’avait pas oublié.

-         «  Cré nom d’une pipe. Te v’la toi. Hé Raoul, c’est Marie ! »

Je crois que je devais être un sourire de haut en bas et rouge comme une fraise. (je préfère les fraises aux tomates J)

-         « vous allez bien ? C’était votre anniversaire, cette semaine ?

-         Viens ici qu’on cause un peu et viens dire bonjour au Rouky et à mon copain Raoul.

Raoul, viens dire bonjour à la p’tite qui m’a sauvé la vie l’an passé ! »

 

J’ai serré la main de Michel, de Raoul et j’ai caressé le brave Rouky, qui était ravi de rencontrer quelqu’un qui s’intéressait un peu à lui.

 

Nous avons parlé de la météo, de « comment ça va les affaires », de la santé de Raoul et de toutes ces petites choses qui font la vie de chacun d’entre nous.

 

Puis Michel a dit :

 

-         Allez, on va boire un petit coup pour fêter tout ça.  Je vais chercher les verres et la bouteille. Y a  pas eu d’misére aujourd’hui »

Et comme Michel me faisait un clin et s’apprêtait à se lever, je lui ai dit :

-         « J’ai apporté ce qu’il faut, mais j’ai pas de tire-bouchon »

J’ai sorti ma bouteille du sac et je lui ai tendue.

-« J’espère que ce vin est bon. C’est mon mari qui l’a choisi. Et j’ai des chips aussi. Et ça, c’est pour toi, mon Rouky. »

Et j’ai tout posé sur la table entre les bibelots, les livres et les autres objets.

Michel et Raoul se regardaient l’air incrédule, tandis que le chien mangeait avec plaisir ses gâteaux.

-         «  Ben, mon Raoul, nous v’la bien gâtés. J’te l’avais dit qu’elle était brave la Marie, une bonne gosse.

 

J’vais chercher les outils »

 

 

Et comme la première fois, il est revenu avec deux verres à pied en cristal impeccablement propres et … un verre à moutarde aux couleurs de « Bonne Nuit les Petits » (on se demande bien pour qui ?) posés sur un plateau argenté.

 

Il m’ a tendu le verre à moutarde en disant :

 

-         « C’est de ton âge et le verre est spécial pour résister à ton machin à bulles ! »

 

Puis il a rempli avec soin les deux beaux verres. Un pour Raoul, l’autre pour lui.

 

 

Et nous avons trinqué tous les trois, comme de vieux copains, Michel, Raoul et moi au milieu de la brocante, devant des passants amusés ou médusés par le spectacle.

 

Puis, Michel a dit :

 

-         « Très bien ton p’tit vin. Ton mari a bien choisi.

       Tu sais que j’attendais, ma Poule. Hein, Raoul que c’est vrai ? »

Et Raoul d’acquiescer de la tête.

-«  T’aimes toujours les poupées ?

- oui

- Alors, j'ai quelque chose pour toi. Bouge pas !"

 

Tout en parlant, Michel est parti en direction du fourgon.

Mais pas vers les portes arrière. Il est allé dans la cabine de laquelle il a sorti un étrange paquet. Il est revenu vers moi et l’a déposé sur mes genoux. Quelque chose de grand était emballé dans un drap un peu gris.

-«  c’est pour moi ?

 

-         Ben oui, allez ouvre qu’on voit c’qui y a dedans »

Et j’ai ouvert le drap pour trouver une magnifique poupée Corolle.

J’en avais le souffle coupé.

-         « comme elle est belle, oh la la la !

-Elle te plaît c’est vrai ? j’lai gardée rien que pour toi. Raoul, il a voulu la vendre, mais j’ai dit t’attends qu’on ait fini Créteil. Après on verra !

Donne 1 euro au chef, c’est le prix ! »

-         Merci Michel, merci Raoul. Je ne sais pas quoi dire. Elle est si belle cette poupée !

-         Alors dis rien !

 Bon ben, faudrait peut-être bosser maintenant parce c’est pas comme ça qu’on va gagner des sous ! »

Je ne suis pas allée plus loin dans la brocante. Qu’aurais-je pu trouver de plus beau que mes deux copains et cette poupée ?

 

En quittant Michel, Raoul et Rouky,  je leur ai :

-         «  à l’année prochaine, même heure, même endroit.

-          

-         T’oublie pas la quille, ton poison, les chips et un p’tit quelque chose pour le Rouky ! »

 

Et je suis rentrée chez moi, ma précieuse poupée dans les bras, heureuse d’avoir revu Michel, mon copain le brocanteur.

Ce sont des rencontres comme celle-ci qui donnent tout son sens à la vie. Pendant quelques instants, on vit un grand moment d’amitié pure, tellement simple, tellement inattendu, qu’on en oublie tout le reste.

Cela donne une nouvelle source d’énergie, un sentiment de bonheur très fort,  capable de nous transporter très loin et très longtemps.

J’ai revu Michel, Raoul et Rouky cinq années de suite. Toujours au même endroit et deux fois sous la pluie !

Le rituel était immuable : le bonheur de trinquer pour l’anniversaire de Michel et pour les retrouvailles de l’amitié.

Et je suis toujours repartie avec une poupée et même une fois avec une maison de poupée.

La sixième année, j’étais toute seule au rendez-vous. La septième aussi.

J’ai demandé aux autres brocanteurs s’ils connaissaient Michel et s’ils savaient où il était.

A la première question, la réponse était positive. A la seconde, il n’y en a pas eu.

Personne ne savait.

 

Michel m’avait toujours dit qu’un jour il partirait faire un voyage en Amérique avec Raoul et Rouky. Il voulait voir les indiens et les cow-boys. C’était son rêve : découvrir le pays de John Wayne.

 

Oui, je pense qu’il a dû partir et que l’année prochaine, il sera de retour pour me raconter son voyage au pays du c…light !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lalu 14/07/2010 19:30


Cette histoire est tellement belle qu'elle m'en a filé presque les larmes... ça m'inquiète moi de savoir où sont Michel, Roucky et Raoul ! Nom d'une pipe !


Marie-Annick 14/07/2010 09:07


Encore un grand merci de nous faire partager ces tendres moments!Où qu'il soit Michel est toujours dans ton coeur et un peu dans celui de celles qui ont lu votre histoire.


nanou 14/07/2010 08:11


Tu devrais appeler l'organisateur de la brocante qui saura certainement les coordonnées de tes amis... ?
C'est dommage de rester avec des questions.
Je suis d'accord, la vie est ponctuée de ces pages de bonheur qui lui donnent, c'est certain, tout son sens.


élizée 14/07/2010 00:43


Mon dieu... Quelle poupée va-t-il te ramener du pays des indiens ?
Merci de nous avoir fait partager ce petit vin blanc de l'amitié !
Bises,
Elizée


mifaon 13/07/2010 23:49


Encore une très belle histoire, comme tu sais si bien les raconter ! Gros Bisous !