Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Emelbay

Poupée Müller Wichtel : poupées Corolle, je vous ai tant aimées......

29 Novembre 2016 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Poupée Müller Wichtel

et je sais que je vous aimerai toujours.

Mais, une certaine monotonie s'est installée entre nous.

Je dois  avouer que votre compagnie est un peu triste et même ennuyeuse, quelquefois.

Alors, je vous ai amené des bulles de gaieté, des nuages de bonne humeur, des éclats de rire.

Voici Lara (en bleu) et Manon (en rouge), de drôles de petites filles au nom de famille difficilement prononçable et carrément impossible à écrire sans trébucher sur le "t" : Müller Wichtel. Leur maman s'appelle Rosemarie Müller. Et comme son nom l'indique, elle est allemande.

 

 

Poupée Müller Wichtel : poupées Corolle, je vous ai tant aimées......
Poupée Müller Wichtel : poupées Corolle, je vous ai tant aimées......
Poupée Müller Wichtel : poupées Corolle, je vous ai tant aimées......
Poupée Müller Wichtel : poupées Corolle, je vous ai tant aimées......
Poupée Müller Wichtel : poupées Corolle, je vous ai tant aimées......
Poupée Müller Wichtel : poupées Corolle, je vous ai tant aimées......
Poupée Müller Wichtel : poupées Corolle, je vous ai tant aimées......
Poupée Müller Wichtel : poupées Corolle, je vous ai tant aimées......

Ces petites filles tiennent très bien debout, solidement campées sur leur jambes toute dodues.

Leurs 32 cm leur permettent de s'installer partout. Elles ne sont pas envahissantes, ni encombrantes.

Elles sont comme le chocolat : un peu de douceur dans un monde de brutes.

Elles sont comme les fleurs : un peu de couleur dans un monde de grisailles.

 

J'ai tout le reste de ma vie pour donner des petites soeurs et des petits frères à Manon et à Lara. Tout le plaisir de les choisir, de les attendre. 

Sans addiction. Une après l'autre. Comme les gouttes de rosée sur un brin d'herbe. Comme les perles d'un petit bracelet qui pourrait devenir un collier...

 

A bientôt.

 

 

Lire la suite

Poupée Corolle : qui a dit que les petite filles ne jouaient plus à la poupée ?

14 Novembre 2016 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #poupée Corolle

Photo prise sur le quai, Gare de Lyon, le 11 novembre 2016 vers 8 heures du matin avec l'autorisation des parents de cette petite fille que je ne connais pas.

Photo prise sur le quai, Gare de Lyon, le 11 novembre 2016 vers 8 heures du matin avec l'autorisation des parents de cette petite fille que je ne connais pas.

Ce n'est pas vraiment, une poupée, c'est vrai ! Mais cela y ressemble quand même beaucoup. 

Et dans la sacoche rouge, se cache vraisemblablement une tablette, genre I pad ! Je n'ai pas prétendu que ma photo était parfaite :)

Mais bon, cette petit fille souriante (pas le visage, s'il vous plaît. Merci) était malgré tout bien sympa.

Lire la suite

Poupée mannequin Gégé/poupée mannequin Bella : Mily, Tressy et Jacky sont partis voir Barbie.

10 Novembre 2016 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #poupée mannequin Gégé et Bella

Poupée mannequin Gégé/poupée mannequin Bella : Mily, Tressy et Jacky sont partis voir Barbie.
Poupée mannequin Gégé/poupée mannequin Bella : Mily, Tressy et Jacky sont partis voir Barbie.

Le vide-grenier de Riez , celui du mois d'août 2016, n'est plus qu'un lointain, très lointain souvenir.

Peut-être y en a t il eu un autre sur la même place depuis lors ?

L'été a lentement rangé ses lunettes et ses espadrilles. Il est parti se reposer, un peu triste de quitter ses copains de baignades et de barbecue.

L'automne est arrivé avec ses palettes de couleurs et ses odeurs de champignons, tout heureux d'entendre des rires d'enfants dans les cours de récréation.

La vie a repris son cours "normal".

A l'année prochaine pour vivre un nouvel été, même heure, ici ou ailleurs...

Mily, Tressy et jacky sont partis. Direction les Etats-Unis d'Amérique. Barbie les attend.

Malgré l'excellente vente aux enchères de leurs précieux vêtements vintage, ils n'avaient pas tout-à-fait réussi à boucler le budget nécessaire et indispensable à leur voyage.

Leurs parents ont apporté leur contribution, fiers, qu'ils étaient, finalement, de voir que leurs enfants s'étaient dépassés pour atteindre leur but.

L'avion a décollé de l'aéroport Roissy - Charles de Gaulle, la semaine dernière.

Jacky et ses drôles de demoiselles :) vont faire la connaissance de l'oncle Sam et de son drapeau orné de cinquante étoiles, de Mickey, de Donald le canard et d'un autre Donald, presque aussi célèbre que celui de Disney !

Avant de partir les trois jeunes gens ont mis toutes leurs affaires françaises en ordre. Chacun a rangé ses livres, vidé ses tiroirs, rendu les clés de sa colocation. 

Les filles ont fait une petite fête,exclusivement entre filles, pour dire au revoir aux copines : entre les rires et la gaieté, on sentait aussi un peu de tristesse de voir Mily et Tressy partir si loin, un peu d'envie aussi, de les imaginer marchant dans les rues de New York ou de Los Angelès.

Jacky a participé à son dernier match de handball au sein de l'équipe de la fac.

Il a retrouvé Liam. Lui est capitaine. Jacky, gardien de buts.

L'équipe a gagné 32 à 28 contre Créteil !

Les deux garçons se sont retrouvés. Ils ont enfilé le même maillot. Ils ont écouté les mêmes conseils du coach. Ils avaient le même but : gagner le match. Pour la fac. Pour l'équipe. Pour les copains.

Ils se sont serrés la main. Ils ont savouré ensemble la victoire. Leur amitié a-t-elle souffert de l'épisode estivale de la valise ? La tante de Liam y pense t-elle encore ? Sa vie serait elle aujourd'hui différente si elle avait pu récupérer la fameuse valise et tout son contenu ? Personne ne peut ou n'a vraiment le courage de le dire. Chacun ignore l'autre ou fait semblant. Il n'y a pas de victime. Simplement deux routes qui ne se croiseront plus. Deux vérités différentes qui ne peuvent pas s'entendre. Deux manières totalement opposées de conjuguer l'amitié à tous les temps de la vie : présent, passé et futur.

 

Le joueur qui occupe la place de pivot au sein de l'équipe de hand est au courant de l'histoire de cet été.

Il est avant tout désolé de la situation. Mais il se sent, quand même, plus proche de Liam que de Jacky. Il a choisi de soutenir Liam. Ils partagent la même coloc. Proximité immédiate oblige !

Mais il ne condamne pas complètement Jacky et ne lui tourne pas totalement le dos.

Jacky est parti, pour plusieurs mois, voire plusieurs années. La fac et l'équipe de hand continueront sans lui. Cela va sans dire.

 

Il a emmené avec lui le sourire de sa famille, les claques dans le dos de ses copains, les conseils avisés du prof d'anglais, les recommandations de son père, les larmes de sa mère, le bisou maladroit de son petit frère, le "j'espère que je serai encore là quand tu reviendras" de sa grand-mère, mais aussi ses joies, ses peines, ses remords et ses regrets.

 

Bon voyage Jacky

Bon voyage les filles.

Amusez-vous bien. Soyez prudents.

On se reverra. Sans doute pas demain. Mais peut-être après-demain.

Qui sait ?

Who knows ?

 

 

A bientôt. 

 

 

 

 

 

 

Poupée mannequin Gégé/poupée mannequin Bella : Mily, Tressy et Jacky sont partis voir Barbie.
Lire la suite

Poupée mannequin Gégé / poupée mannequin Bella : Jacky, Mily et Tressy veulent partir chez Barbie (3)

2 Novembre 2016 , Rédigé par EMELBAY

Poupée mannequin Gégé / poupée mannequin Bella : Jacky, Mily et Tressy veulent partir chez Barbie (3)
Poupée mannequin Gégé / poupée mannequin Bella : Jacky, Mily et Tressy veulent partir chez Barbie (3)
Poupée mannequin Gégé / poupée mannequin Bella : Jacky, Mily et Tressy veulent partir chez Barbie (3)

C'est ce moment précis que choisit ma famille  pour nous rejoindre. Je fais les présentations : Jacky....

Il est plus de 13 heures. Ils ont faim. Et j'avoue que moi aussi. Quelqu'un propose une pizza. Allez, c'est parti. Et bien évidemment, Jacky fait partie de l'expédition.

On s'installe. Une table ronde, c'est sympa et agréable pour la conversation. 

L'attention de tous se porte sur Jacky. Le "t'es qui, toi ?" est inévitable.

Le jeune homme se prête volontiers au jeu et avant même le dessert, tout le monde le tutoie, et inversement.

La grosse valise et son contenu sont le sujet du jour.

Tout le monde questionne ou écoute. Chacun donne son avis ou des conseils.

Il y a d'abord eu la liste des questions :

Elle t'a proposé combien la dame ? Rien pour l'instant. Elle me demande de lui faire une proposition. J'aurais bien aimé qu'elle me fasse une offre.

Tu connais la valeur des vêtements ? Non, pas vraiment.

Tu lui a répondu quoi à la dame : ben, que je voulais bien lui vendre les vêtements ; enfin peut-être...... mais pas tous...

Et tes copines, Mily et Tressy, elles en pensent quoi ? elles savent pas trop non plus. En fait, elles préfèrent que je fasse comme c'était prévu au début.

Et c'était quoi, au début : aller à Aix en Provence et déposer les vêtements chez un commissaire-priseur pour une vente consacrée au vintage.

Tu la connais depuis longtemps la dame de la boutique ? ben non, mais c'est la tante de mon copain Liam qui est avec moi à la fac et qui m'a conduit jusqu'ici. J'ai dormi une nuit chez eux. Ils m'ont très bien accueilli.

Tu vas faire quoi, alors ?? ben, je suis bien embêté !!

D'un côté, il y a le voyage, les euros qui manquent et cette valise inattendue qui peut tout arranger.

De l'autre, cette dame que je n'aurais jamais dû aller voir et mon copain, qui forcément, va m'en vouloir de ne pas  vendre à  sa tante.

Si je pars à Aix, je perds un copain. 

Tu crois qu'il ne comprendra pas ? Non, il ne comprendra pas. Il estime que j'ai plus ou moins donné ma parole à sa tante. Il n'a pas tort, mais il n'a pas raison non plus.

Plus - moins. Tort - raison. 

Plus : j'ai montré ma valise à sa tante. Je n'aurais pas dû. Les vêtements l'ont enchantée. C'est certain. J'ai accepté, parce qu'elle a insisté, de lui en céder une partie.

Moins : Elle ne m'a rien proposé de concret en échange. Elle ne m'a pas donné une estimation honnête de la valeur réelle de ces vêtements vintage. La seule offre amusante qu'elle m'a faite, c'est de m'échanger mes vêtements vintage contre d'autres récents et d'occasion, qu'elle a dans sa  boutique. 

Tort : j'ai eu tort  de parler de la valise à mon copain. J'ai eu tort de lui montrer. J'ai eu tort de ne pas lui dire que mes copines et moi, on avait prévu de vendre les vêtements aux enchères. J'ai eu tort de laisser croire à sa tante que j'allais conclure une vente avec elle.

La dame a eu tort de ne pas me dire, dès le début, que mes vêtements avaient une vraie valeur marchande. Elle a eu tort de vouloir me faire croire le contraire. 

Comment tu sais aujourd'hui que les vêtements ont vraiment de la valeur ? 

Les filles sont allées sur le net. Elles ont fait des recherches. Elles ont pris contact avec des collectionneuses, avec des professionnels du vêtements vintage. On aurait dû commencer par là. On aurait dû prendre le temps de faire nos propres investigations. A partir du moment où l'on accepte l'aide d'une personne, on prend le risque d'une préemption de sa part. C'est un danger auquel on ne pense ps toujours.

Raison ou raisons ? La raison ou les raisons  ? Une raison  ou des raisons  ? Pas facile.

Répondre est un savant calcul qui ressemble à une division. Je pose "raison" que je divise par "plusieurs". Cela donne "chacun". Il y a une retenue : décision. Et deux possibilités après la virgule, regret ou remord.

Si Jacky choisit le"remord", il vendra ses vêtements  à la tante de son copain. C'est elle qui fixera les prix. Elle dira merci . Liam lui sera content. Mais Jacky aura la certitude de s'être fait "pigeonner" et ne partira peut-être pas aux Etats-unis.

Si Jacky choisit le "regret", il gardera sa valise et retrouvera sa liberté de choix. Il vendra comme il voudra. Il perdra son copain (ou pas ?), mais partira voir Barbie.

Jacky a du remord d'avoir vexé ou déçu Liam. C'est certain. Ce n'est pas ce qu'il veut. Leur amitié a de l'importance pour lui. Il y tient.

Mais il ne veut pas avoir le regret de s'être fait pigeonner. Il est gentil, mais pas stupide. De plus, les filles comptent sur lui : il ne peut pas faire n'importe quoi avec leur tire-lire commune.

 

 Mily, Tressy et lui  veulent retrouver Barbie chez elle aux Etats-Unis, découvrir l'Amérique des années Obama, avant qu'elle ne devienne celle d'Hillary Clinton ou de ce ringard de Trump.

Jacky, lui, a  un projet supplémentaire un peu différent. Il connaît Barbie depuis longtemps. Ils sont de la même génération, de la même époque.

Mily, Tressy et Jacky sont français. Barbie est américaine. Des milliers de kilomètres les séparent. Mais un océan de points communs les rapproche. Et la même façon de voir et de vivre leur vie les réunit.

Jacky veut faire la connaissance de la nouvelle génération américaine. Des filles un peu différentes. Il n'est pas sûr "d'être à la hauteur". Il risque fort d'être "dépassé par la situation". Il se demande s'il "sera de taille" pour aller à la rencontre de ces nouvelles venues. 

Une seule chose à faire pour le savoir ? Aller à la rencontre, faire la connaissance de ces filles qui s'appellent "Little Darling" by Dianna Effner. 

Et avoir les moyens de ce projet ne se prépare pas seulement en rêves, mais aussi en dollars, sonnants et trébuchants !

A bientôt. 

 

 

 

 

 

Lire la suite