Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Emelbay

Chroniques bleues : le magasin de jouets de Manosque

7 Août 2010 , Rédigé par EMELBAY

Manosque, ce n'est pas simplement le lieu de mes vacances d'été depuis dix ans.

 

Ce n'est pas simplement la maison pleine de charme, le majestueux platane centenaire qui nous protège des rayons du soleil, le cheval blanc qui vient chercher une carotte et du pain dur lorsque je l'apelle.

 

 Manosque a aussi une place de choix dans ma collection de poupées Corolle.

 

 En effet, c'est au coeur de Manosque que j'ai découvert le monde des poupées Corolle de collection. Une rencontre que je dois à mes enfants et .... aux objets fragiles !

 

Ma famille compte sept personnes : mon mari, mes cinq fils et moi. Nous remplissons bien la maison. Mais comme elle est plutôt vaste, chaleureuse et accueillante, nous recevons beaucoup de monde.

 

 Des amis passent, font étape une journée ou une nuit sur la route de la Côte d'Azur. D'autres viennent nous rejoindre et restent plusieurs jours. C'est devenue une tradition.

 

 Il y a les habitués, ceux que l'on attend avec impatience, ceux sans qui les vacances à Manosque ne seraient pas "complètes". Ceux qui partagent le même bonheur que nous à manger, à boire, à rire sous le platane, à apprécier le chant des cigales, à se retrouver dans un lieu un peu magique. Ce sont les mêmes aussi qui savent que je n'aime pas faire la cuisine et qui la font à ma place car cela leur fait plaisir et qu'en plus, ils ont du talent.

 

 Une de nos amies est née au mois d'août et chaque année, nous organisons une petite fête avec gâteau, bougies et bien sûr cadeau.

 

 Il y a quelques années, j'étais à cours d'idée.

 

Je me suis tournée vers son mari pour savoir s'il pouvait m'aider. Il m'a alors parlé d'une pintade en faïence que sa femme avait vu la veille dans une vitrine et pour laquelle, de toute évidence, elle avait eu un coup de coeur.

 

 Et me voila partie à la chasse à la pintade en plein centre ville en compagnie de trois de mes fils. J'ai rapidement trouvé la magasin en question et repéré la joyeuse bande de pintades en faïence. Seulement voila, le magasin était relativement étroit et rempli jusqu'au plafond d'objets fragiles : vaisselle, verres, vases en cristal .....

 

Et acompagnée de ma garde personnelle haute comme trois pommes, mais remuante comme des petits chiens, j'ai hésité à entrer dans le magasin. Gare à la casse !!

 

 C'est alors que j'ai avisé de l'autre côté de la rue (piétonne) un magasin de jouets. J'ai demandé au plus grand de mes trois fils d'accompagner les deux petits dans ce magasin, le temps que j'achète ma pintade. Je savais à peu près laquelle choisir puisque le mari de mon amie m'en avait fait une description assez précise. Normalement, je ne devais pas en avoir pour très longtemps. Et effectivement, le volatile a été facile à attraper et à emballer. En moins de dix minutes, l'affaire était faite.

 

 Il ne me restait plus qu'à rejoindre les enfants, à leur expliquer que je ne pouvais pas acheter tout le magasin, qu'ils avaient déjà assez de lego et de petites voitures. Ils essaieraient bien sûr de me convaincre qu'ils ne possédaient pas encore telle boite ou tel modèle et nous allions ressortir avec un "truc" pour faire des bulles ou un paquet de ballons pour faire des bombes à eau.

 

 Scénario classique lorsque l'on prend le risque insensé de laisser des enfants se promener dans un magasin de jouets !!

 

 Ce magasin s'appelait Bébé Sport et se trouvait au coeur de la ville sur une placette avec une église, une fontaine et une terrasse de café. Je sais, cela fait un peu cliché de carte postale. Mais je n'y peux rien, c'est bien ainsi.

 

Ce magasin était beaucoup plus grand qu'il n'y paraissait de l'extérieur. Au premier étage se trouvaient les jouets, plus au fond et après quelques marches (si ma mémoire est bonne ?), il y avait un grand rayon dédié aux bébés et à la future-maman et au rez-de-chaussée, les grands jouets (flippers, jeeps, motos électriques). Sur le trottoir, étaient installés des bouées, des ballons, des draps de bains multicolores, des brouettes pour enfants ...tout ce qu'il fallait pour les plaisir du bain et du jardin l'été.

 

 Le paradis de la future-maman, du bébé, de l'enfant et de tous ceux qui aiment les beaux jouets.

 

 Ce magasin n'était pas une franchise, mais un établissement familial où chacun des vendeurs étaient concernés par la satisfaction du client. Le choix était très vaste et les conseils avisés. Un vrai magasin avec des produits de qualité, un accueil courtois et une compétence vieille de quelques décennies.

 

 Lorsque j'ai pénétré dans le magasin, un peu éblouie par le soleil, j'ai entendu mes enfants, avant de les voir.

 

- "Arrête de toucher à tout" disait le grand

 

- "Mais je veux voir " répondait l'un des petits '

 

- " Eh, t'as vu ça ?" claironnait l'autre.

 

Il était grand temps que je reprenne les choses en mains avant que l'un des vendeurs ne perdent patience.

 

" Heu, c'est où, les "trucs" pour faire des bulles ???"

 

J'étais en train de préparer l'offensive pour quitter dignement le magasin.

 

Et c'est à ce moment-là que je l'ai vue cette magnifique poupée, bien droite sur son support. Je m'en souviens encore.

 

Elle portait un bonnet en coton rose, elle avait de longs cheveux bouclés, une petite chaîne en or avec un coeur autour du cou, un gilet rose et une robe en lin blanche et grise. Quelques années après, j'ai découvert les catalogues Corolle et j'ai appris qu'elle s'appelait Amélie. Un coup de foudre instantané.

 

Jusqu'à ce jour, à part Tania, ma poupée russe, je n'avais acheté que des poupées Corolle 42 cm à jouer. Sans doute parce que les magasins où j'allais ne proposaient pas de poupées de collection. En tous les cas, je n'en avais jamais vues et je n'en soupçonnais pas le moins du monde l'existence. Comme quoi !!

 

 En dehors de la beauté de la poupée, une autre chose était en train de retenir mon attention. On pouvait voir une grosse étiquette fixée sur la robe avec la mention SOLDES indiquant le prix d'origine et le prix actuel. Et cette étiquette avait son importance. C'était comme un signe du destin : une si belle poupée à un prix si raisonnable, il fallait que je l'emmène vite. Pourquoi vite ? Je ne sais pas. J'étais pressée de l'emmener.

 

 Mes enfants qui m'avaient vue, s'étaient précipités vers moi en parlant tous en même temps :

 

- "Maman, tu peux m'acheter ce gros camion ?? s'il te plaît, s'il te plaît ?

 

- Moi, je voudrais cette boite de lego pour construire une formule 1.

 

- Et moi, ze veux le ballon rouze !!

 

 - Du calme."

 

Et rendant son sourire à la charmante dame qui regardait notre petit numéro de cirque familial, je dis simplement :

 

- "Moi, s'il vous plaît, je voudrais acheter cette belle poupée"

 

Et la dame a enlevé la poupée du support et je l'ai suivie jusqu'à la caisse. Elle m'a dit qu'elle n'avait plus la boite. C'était sans importance pour moi.

 

 Elle m'a alors expliqué qu'il s'agissait d'une poupée Corolle de l'année 2000. qu'elle était numérotée et signée. Avec passion et gentillesse, elle m'a enseigné tout ce qu'il fallait savoir et tout ce qu'elle savait des poupées Corolle en général et des poupées de collection en particulier.

 

Je lui ai avoué que je ne connaissais pas les poupées Corolle de collection, que c'était la première fois que j'en voyais une. Elle m'a répondu :

 

- " Si vous aviez vu toutes les poupées Corolle de collection que j'ai pu avoir dans mon magasin. Des splendeurs !! Mes vitrines étaient magnifiques. Les gens s'arrêtaient pour les admirer."

 

Ses paroles me fascinaient. Je serais restée des heures à l'écouter.... mais pas mes garçons qui devenaient insupportables, qui touchaient à tout dans le magasin et qui me demandaient sans cesse d'acheter ceci ou cela.

 

 J'ai fini par trancher dans le vif du sujet et je leur ai dit que j'allais leur acheter une glace et que pour les jouets, il fallait que j'en parle à Papa (ouh, la menteuse !!).

 

 J'attendais que le grand me dise que pour la poupée, je n'avais eu besoin de personne pour l'acheter.

 

 OUI, C'EST VRAI, MAIS C EST PAS PAREIL !!!

 

Quelques jours plus tard, je suis retournée seule dans le magasin. La dame m'a montré d'autres modèles de poupées Corolle de collection, plus anciens. J'en ai acheté une seconde cette année-là, toujours en soldes.

 

 Puis l'année suivante, j'y suis retournée. J'ai acheté deux autres poupées de collection.

 

 Et l'année suivante, j'ai acheté les dernières qui restaient.

 

Mais les jouets étaient moins nombreux que d'habitude, le rayon vêtements enfants étaient presque vide, les landaus vendus n'avaient pas été remplacés et les emplacements étaient déserts.

 

 En regardant autour de moi, j'ai compris ce qui était en train de se passer. C'était facile à deviner. Fini le beau magasin de jouets. Terminé les poupées. Tout allait s'arrêter .... définitivement.

 

 La dame était fatiguée, sa santé déclinait et elle n'avait pas trouvé de repreneur. Alors elle avait vendu le magasin à un excellent prix à un franchiseur national de vêtements pour femmes.

 

 Il lui restait quelques mois pour écouler son stock et après elle partirait.

 

  Hier, je suis passée devant ce magasin. Vous devez connaître l'enseigne c...ï.u. Il y a des magasins partout, ausi bien à Lille, qu'à Créteil, qu'à Strasbourg, qu'à Marseille, etc.....

 


Je n'achéterai JAMAIS de vêtement dans cette boutique. Je ne m'arrête JAMAIS devant la vitrine.

 

Je ne peux pas. Je suis trop triste lorsque je pense aux merveilleux magasin de jouets qui se trouvait là avant et à toutes ces superbes poupées Corolle qui ont enchanté cet endroit.

 

Les poupées aussi ont leurs fantômes ! :)

Lire la suite

Chroniques bleues : Les vacances d'Emelbay dans les Alpes de Haute Provence

2 Août 2010 , Rédigé par EMELBAY

SDC10999.JPG

SDC10989.JPG

SDC10998.JPG

SDC10992.JPG

SDC10997.JPG

SDC10987SDC10975

SDC10981

Mon blog fait désormais bien partie de ma vie. Il est à son image, avec des hauts et des bas.

 

Il y a Marie, d'un côté, confrontée aux réalités quotidiennes d'une mère de cinq garçons et Emelbay, de l'autre, qui n'a pas toujours envie d'en tenir compte.

 

Alors quelquefois, il y a un certain déséquilibre et Marie se fait rappeler à l'ordre par son mari, sa famille et .... la petite voix.

 

Emelbay en subit directement les conséquences et ne se laisse pas faire.

 

Il y a même eu une grosse dispute et un gros chagrin récemment.

 

Maintenant, tout va bien. Mais je n'ai pas retiré ou modifié l'article qui évoquait cet incident. Je préfère le garder tel que je l'avais pensé à cet instant.. C'est un moment important de la vie de mon petit blog. Il est là pour me rappeler mes erreurs.

 

J'ai manqué de vigilance : Marie ? Emelbay ? Je ne savais plus quelle était la place exacte de chacune ....

 

 

Aujourd'hui, je suis en vacances dans les Alpes de Haute Provence. Avant, on disait les Basses-Alpes. Mais il paraît qu'après X années de bons et loyaux services, cette dénomination faisait péjorative. A cause de l'adjectif "basses". Et maintenant il y a un nom à rallonge qui se veut élégant. Et surtout, il y a le mot Provence.

 

JE SUIS EN VACANCES EN PROVENCE ......J AI UNE MAISON EN PROVENCE..............

 

Cette expression, dans la bouche snob de certaines personnes, est bien pire que Basses-Alpes.

 

La Provence ne se limite pas à un panama blanc, à une chemise en lin et aux restaus chics et branchés de Lourmarin.

 

Ceux qui ne vont pas au-delà de ce cliché "Côté Sud" n'ont rien compris et passent à côté de l'essentiel.

 

Voila pourquoi, dans le titre de ce petit sujet, je ne parle pas de mes vacances en Provence (je laisse cela à ceux qui font du ski à Courchhhhh ou à Vaaaal :)).

 

Je suis simplement en vacances avec ma famille au grand complet, mes chiennes, quelques poupées et mon blog à Manosque-la-Belle dans les Basses-Alpes, soit le 04, le berceau de ma belle-famille.

 

Je n'habite pas dans un mas ou dans une bastide, mais dans une ancienne ferme au milieu des pommiers et, c'est nouveau, d'un champ de tournesols. Politique agricole commune et primes à l'arrachage des pommiers. Mais ça, c'est une autre histoire qui demande des compétences que je n'ai pas !!

 

Lorsque j'aurai réglé quelques petits problèmes techniques ordinaires pour certains, mais insurmontables pour moi, je vous mettrai des jolies photos (enfin, jespère ...) de ma vie loin de la banlieue parisienne.

 

A bientôt et excellentes vacances à vous aussi.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

4 septembre 2010 :  les vacances d'été sont finies, c'est vrai, mais rien n'empêche de penser aux prochaines .... qui auront lieu en hiver :)

 

De retour à la maison, voici les photos qui manquaient à cet article.

 

Je vous laisse avec mes jolis souvenirs et je vous dis à bientôt pour "l'histoire de Galatée".

 

Je retourne à mes cartables, à mes livres à couvrir et autres fiches à remplir.... Pff.....

 


Lire la suite