Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Emelbay

Corolle : ma visite (suite des photos)

26 Juillet 2010 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Poupées Corolle

SDC10398.JPGVues de l'ancienne usine.

SDC10395.JPG

SDC10396.JPG

SDC10394.JPGLes bureaux dont la façade va bientôt être repeinte.

SDC10393.JPGL'accueil où se tient la charmante Aurélie.

Lire la suite

Corolle : là où tout a commencé ou ... presque

26 Juillet 2010 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Poupées Corolle

SDC10392.JPG

 

Au mois de mai dernier,  j'ai quitté ma sombre banlieue parisienne pour me rendre en Indre et Loire à Langeais.

 

Très belle région, très belle ville avec un château magnifique.

 

En fait, je n'ai vu ni la ville, ni le château car le but de mon voyage d'un jour était ailleurs, juste à l'entrée sud de Langeais, là où est installé COROLLE.

 

J'avais rendez-vous avec un vieux rêve : découvrir "en vrai" le berceau de mes chères poupées.

 

Et je n'ai pas été déçue : l'une des plus belles journées de ma petite vie de collectionneuse de poupées COROLLE.

 

Je ne savais pas ce que j'allais découvrir, je n'avais rien imaginer (ou presque :)) et tout s'est déroulé à la perfection.

 

Le nom COROLLE écrit en gros sur la façade des bâtiments : je découvrais enfin le haut de l'affiche.

 

J'ai été reçue par une personne charmante que beaucoup de collectionneuses de poupées connaissent : Nathalie CHAPALAIN. Elle est un peu le trait d'union entre les poupées COROLLE et leurs nombreuses admiratrices.

 

Elle a bien voulu me consacrer son après-midi et je la remercie encore aujourd'hui. Cette belle jeune femme est l'une des meilleures ambassadrices de la maison Corolle.

 

J'ai eu le bonheur de renconter Catherine PETOT  qui m'a fait l'honneur de venir me saluer. Quand je l'ai vue ce jour là, j'en ai perdu ma langue ! C'est vous dire si j'étais émue  :)

 

Madame PETOT est une grand dame et une créatrice de poupées de talent.

 

Je suis vraiment très fière qu'elle ait bien voulu m'accorder quelques instants.

 

Voici quelques photos de ma journée chez Corolle.

 

 

Une chose est sûre, si Madame Chapalain accepte de me recevoir à nouveau, je retournerai à Langeais.

                                           

P.S. : et cette fois-ci, j'iraiSDC10391.JPG voir le château. Quand même !!

Lire la suite

Corolle : un chapeau pour deux

25 Juillet 2010 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Poupées Corolle

SDC10942.JPG

SDC10939.JPG

SDC10938.JPG

SDC10937.JPG

Elles sont nées en 1995 à Langeais, mais n'ont pas eu le temps de découvrir la France.

 

A peine habillées et coiffées, et les voilà parties pour les Etats-Unis où elles étaient attendues avec impatience.SDC10933.JPG

 

Elles ont  rapidement été adoptées par des "american dolls collector".

 

Jusqu'au jour où ces jolies petites filles ont découvert l'étiquette cousue sur leur corps : COROLLE.

 

COROLLE ? COROLLE ? Mais c'est un nom français !

 

Elles ont quitté leur étagère et sont allées voir deux spécialistes en "affaire bizarre".

 

J'ai nommé WOODY et BUZZ, évidemment !!

 

Voici le début du scénario de Toy Story 4 : Les jouets à Paris.

 

Sur vos écrans le ....................

 

En fait, je ne sais pas. Mais les deux principales actrices sont maintenant en France et comptent y rester pour toujours.

 

"Douce France, beau pays de mon enfance....""

 

Ces jolies petites filles mesurent 42 cm. Elles ont une jolie couleur de peau pain d'épices, aussi bien leurs membres en vinyl que leur corps en tissu. Elles ont de longs cheveux noirs.

 

Elles portent la même petite robe légère.

 

Par contre, elles n'ont qu'un chapeau pour deux.

 

Madame Patate a gardé l'autre en souvenir. Il lui allait à ravir et les filles n'ont pas eu le coeur de lui reprendre !

 

 

 

Lire la suite

Corolle : petite leçon de chimie (les effets secondaires)

23 Juillet 2010 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Poupées Corolle

Si vous possédez des poupées que vous laissez dans leur boite et plus particulièrement des boites et des poupées des années 1980 - 1990,  je vous conseille de glisser une ou plusieurs feuilles de papier absorbant (genre sopalin, pour ne pas le nommer !) ou papier de soie entre votre poupée et le plastique transparent de la boite (la vitre).

 

En effet, au bout d'un certain nombre d'années, il y a une petite réaction chimique entre le vinyl des poupées et les matériaux qui ont servi à fabriquer le plastique transparent.

 

La partie de votre poupée la plus concernée est bien sûr le nez.. Il peut changer de couleur, devenir plus clair ou plus foncé que le reste du visage ou devenir collant, s'il reste trop longtemps en  contact direct avec le plastique transparent.

 

Si celui-ci est décollé (ce qui arrive souvent) et qu'il repose entièrement  sur la poupée, une protection totale s'impose.

 

Et comme une collectionneuse avertie en vaut deux et que personne ne peut savoir à quel moment un plastique transparent bien en place,  va se décollerSDC10932.JPG, il vaut mieux anticiper et protéger toutes les poupées qui restent en boite.

Lire la suite

Corolle : Espérance ou le monde fragile de la porcelaine

23 Juillet 2010 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Poupées Corolle

SDC10930.JPG

SDC10929.JPG

SDC10928.JPG

SDC10927.JPG

Lorsque l'on évoque la poupée de porcelaine d'une manière générale,  on obtient souvent deux réponses :

 

- 1)    Ho, la, la c'est très fragile, évidemment !

 

- 2)     C'est surtout les poupées anciennes, ce qui n'est pas faux non plus !

 

Cependant, les poupées en porcelaine ont été remises au goût du jour par quelques créatrices contemporaines, poupées d'artistes en nombre très limité et souvent d'une grande beauté.

 

Profitant de ce nouvel engouement, les pays asiatiques ont produit massivement des poupées en porcelaine de qualité médiocre et ont envahi le marché mondial. Ces poupées remplissaient, entre autres, les rayons des solderies ou étaient envoyées en cadeau par les magasins de vente par correspondance.

 

Les vêtements étaient à l'image des poupées, souvent de mauvaise qualité et d'un style douteux, qui mélangeait sans scrupule les modes et les époques.

 

Ces poupées sont toujours en vente dans les magasins, mais leur nombre est en nette diminution.

 

Par contre, leur présence est de plus en plus importante sur les vide-greniers et les brocantes à des prix défiant tout concurrence !!!

 

Catherine Réfabert a elle aussi tenté l'aventure de la porcelaine en 1991 avec la poupée ESPERANCE et un bébé de 45 cm, en 1992 et prénommé Désiré.

 

En toute franchise, Espérance n'est pas ma poupée Corolle préférée ! Loin, très loin de cela ! Mais elle fait néanmoins partie de ma collection.

 

Elle mesure 60 cm et elle a été fabriquée en biscuit de porcelaine.Ses bras sont articulés.

 

Elle est très lourde.

 

Cette poupée a été crée avec beaucoup de soin. Les différents matériaux utilisés sont de grande qualité. Seuls la tête, les bras, les jambes et le buste sont en porcelaine. Le corps est en tissu.

 

A l'époque, un tissu avec un enduit blanc de finition avait été utilisé pour embellir le corps de la poupée . Avec le temps, cet enduit s'est altéré. Une réaction chimique le rend friable et il craque entièrement. Ce phénomène touche un grand nombre de poupées Espérance. Lorsque l'on touche une poupée dont l'enduit du corps est en "pleine mutation", on a le sentiment de toucher une poupée mouillé. C'est très surprenant et assez désagréable.

 

Le lieu de stockage de la poupée n'a pas d'importance. Qu'elle soit en boite et enfemée à l'abri de la lumière et de la poussière ou en exposition, cela ne change rien au phénomène.

 

J'ai eu l'occasion de voir et de toucher tout un rouleau de ce tissu enduit utilisé pour le corps d'Espérance. L'enduit blanc était entièrement craqué et partait en lambeau. Drôle d'expérience !

 

Par contre, la robe que porte Espérance est de toute beauté. Le tissu est de très bonne qualité et la façon est remarquable. Sous la robe en tissu fleuri, la poupée porte une sous-robe en coton beige avec un grand volant en dentelle. A cela, vous ajoutez un jupon et un caleçon. La robe dispose d'une belle ampleur et de beaucoup de maintien.

 

Les cheveux chatains sont montés sur perruque. Le mode de fabrication de cette poupée est le même queSDC10926.JPG celui d'une poupée de porcelaine classique.

Lire la suite

La petite voix : j'ai fait mon travail de petite voix !

20 Juillet 2010 , Rédigé par EMELBAY

Ce matin, je me suis fâchée très fort !

 

J'ai secoué Marie avec énergie.

 

Je l'ai obligée à prendre un miroir et à regarder son reflet ...

 

C'est Emelbay qui lui faisait face.

 

Marie et Emelbay ne sont pas des soeurs jumelles. Elles partagent le même corps, la même tête (je le sais puisque j'y habite !) et le même quotidien.

 

 

 

Mais seule Marie a une existence physique. Emelbay est son double.

 

Normalement, je dis bien "normalement", elles sont toujours d'accord sur tout et ne se disputent jamais.

 

Mais Emelbay se sent à l'étroit dans la vie de Marie. Elle voudrait plus de place.

 

En lui avouant cela, elle ne voulait pas lui faire de mal

 

Mais Marie s'est sentie trahie, abandonnée car elle fait beaucoup d'efforts pour permettre à Emelbay de s'épanouir. Elle lui consacre beaucoup de temps et d'énergie. Elle a trouvé Emelbay bien ingrate.

 

Le chagrin, bien plus que la colère, a fermé les yeux et le coeur de Marie.


Et elle a chassé Emelbay de sa petite vie ordinaire.


Alors Emelbay s'est cachée pour pleurer.


Sans Marie, elle ne peut pas exister.


Et que va devenir Marie sans Emelbay ?


Et bien, je vais vous le dire :


Une petite bonne femme ronchon, sans fantaisie, sans ce petit  quelque chose qui donne des couleurs et  un sens à sa vie.


Voila, ce qu'elle va devenir !


Voila ce que TU vas devenir si ... je n'étais pas là, moi la petite voix qui te supporte depuis si longtemps.


J'espère que le miroir a rempli son office...


Heureusement, il ne s'agit pas de celui de la méchante belle-mère de Blanche-Neige. Celui-ci appartient à un conte et non pas à cette histoire :)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Corolle : Marie et Emelbay, c'est fini ....

16 Juillet 2010 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Un dîner de cons presque parfait

Voilà c'est fini

 Jean-Louis Aubert

Voilà, c'est fini
On a tant ressassé les mêmes théories
On a tellement tiré chacun de notre côté
Que voilà, c'est fini
Trouve un autre rocher petite huître perlée
Ne laisse pas trop couler de temps sous ton p'tit nez
Car c'est fini...hum, c'est fini

Voilà, c'est fini
On va pas s'dire au revoir comme sur le quai d'une gare
J'te dis seulement bonjour et fais gaffe à l'amour
Voilà, c'est fini
Aujourd'hui ou demain c'est l'moment ou jamais
Peut-être après-demain je te retrouverai
Car c'est fini...hum, c'est fini

J'ai fini par me dire qu'on éviterait le pire
Qu'il fallait mieux couper plutôt que déchirer
J'ai fini par me dire que p't'être on va guérir
Et que même si c'est non, et que même si c'est con
Tous les deux nous savons que de toute façon

Voilà, c'est fini
Ne sois jamais amère, reste toujours sincère
T'as eu c'que t'as voulu, même si t'as pas voulu c'que t'as eu
Voilà, c'est fini
Nos deux mains se desserrent de s'être trop serrées
La foule nous emporte chacun de nôtre côté
C'est fini...hum, c'est fini

 

 

 

Marie et Emelbay ont décidé de se séparer.


D'un commun accord.


Marie ne supporte plus Emelbay.....


Emelbay trouve que Marie n'est pas assez dynamique.....


Elles sont parties chacune de leur côté sur des chemins très différents.


C'est fini ......



La petite voix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà, c'est fini
Je ne vois plus au loin que ta chevelure nuit
Même si je m'aperçois que c'est encore moi qui te suis
C'est fini...hum, c'est fini, c'est fini, c'est fini

Lire la suite

Clémentine, la poupée de mon copain Michel.

13 Juillet 2010 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Histoire de brocante

Clémentine a une place à part dans ma collection, vous vous en doutez bien.

 

Je n'ai jamais su où Michel l'avait trouvée. Secret de brocanteur ...

 

Elle est née en 1994.

 

 

Clémentine est une ravissanteSDC10906.JPG poupée signée Catherine Réfabert. Elle porte une très jolie robe et un chapeau assorti.

 

De quelle couleur sont ses yeux ? De la plus belle, celle de l ' AMITIE. 

 SDC10905.JPGSDC10904.JPG

SDC10902.JPG

Lire la suite

Histoire de brocante : mon copain Michel (fin)

13 Juillet 2010 , Rédigé par EMELBAY Publié dans #Histoire de brocante

Durant cette année là, j’ai fréquenté d’autres brocantes où j’avais toujours l’espoir de revoir Michel.

Mais cela ne s’est jamais produit.

Et lorsque l’année suivante, le vide grenier où j’avais fait sa connaissance, est enfin arrivé, j’avais hâte de m’y rendre.

Mon mari, à qui j’avais raconté cette drôle de rencontre, mais qui ne m’accompagne jamais sur les brocantes, espérait tout comme moi que mon ami le brocanteur serait présent. Il avait gagné sa sympathie, même s’il ne l’avait jamais rencontré.

Inutile de vous dire que je n’ai eu aucun mal à me lever ce dimanche là. J’avais un rendez-vous …

J’ai préparé un sac à dos dans lequel j’ai glissé une bouteille de c… light, un gros paquet de chips, une friandise pour Rouky et …. une bouteille de vin blanc sec !

 

Il n’était pas encore 9 heures lorsque je suis arrivée à la brocante. Un exploit pour moi.

La météo était un peu moins favorable que l’année passée. Le ciel était nuageux et le soleil un peu timide.

J’ai refait le même chemin, sans vraiment prêter attention aux différents stands et  avant même d’arriver à l’endroit où j’avais rencontré Michel, j’ai entendu sa voix :

-         « Raoul, tu le fais combien le livre de Tintin ? »

 

Il était là et moi tout-à-coup, j’étais pétrie par la timidité et le doute.

 

Je n’ai pas entendu la petite voix. Elle se faisait toute petite. Elle préférait se taire (pour une fois !!).

 

Et s’il ne se souvenait plus de moi ? et s’il ne me reconnaissait pas ? et si … et si ?

J’ai attendu quelques secondes, sans bouger, à quelques mètres des tables avant de me lancer.

Michel était assis sur sa chaise, Rouky à ses pieds. Il n’avait pas changé. Toujours le même chapeau. A ses côtés, se tenait, celui qui devait être Raoul.

Le cœur battant, un nœud au ventre, je me suis approchée.

-         « Bonjour Michel »

Un peu surpris, sans doute, que quelqu’un l’appelle par son prénom, il a tourné la tête.

Il m’a regardé et à son sourire, j’ai compris qu’il ne m’avait pas oublié.

-         «  Cré nom d’une pipe. Te v’la toi. Hé Raoul, c’est Marie ! »

Je crois que je devais être un sourire de haut en bas et rouge comme une fraise. (je préfère les fraises aux tomates J)

-         « vous allez bien ? C’était votre anniversaire, cette semaine ?

-         Viens ici qu’on cause un peu et viens dire bonjour au Rouky et à mon copain Raoul.

Raoul, viens dire bonjour à la p’tite qui m’a sauvé la vie l’an passé ! »

 

J’ai serré la main de Michel, de Raoul et j’ai caressé le brave Rouky, qui était ravi de rencontrer quelqu’un qui s’intéressait un peu à lui.

 

Nous avons parlé de la météo, de « comment ça va les affaires », de la santé de Raoul et de toutes ces petites choses qui font la vie de chacun d’entre nous.

 

Puis Michel a dit :

 

-         Allez, on va boire un petit coup pour fêter tout ça.  Je vais chercher les verres et la bouteille. Y a  pas eu d’misére aujourd’hui »

Et comme Michel me faisait un clin et s’apprêtait à se lever, je lui ai dit :

-         « J’ai apporté ce qu’il faut, mais j’ai pas de tire-bouchon »

J’ai sorti ma bouteille du sac et je lui ai tendue.

-« J’espère que ce vin est bon. C’est mon mari qui l’a choisi. Et j’ai des chips aussi. Et ça, c’est pour toi, mon Rouky. »

Et j’ai tout posé sur la table entre les bibelots, les livres et les autres objets.

Michel et Raoul se regardaient l’air incrédule, tandis que le chien mangeait avec plaisir ses gâteaux.

-         «  Ben, mon Raoul, nous v’la bien gâtés. J’te l’avais dit qu’elle était brave la Marie, une bonne gosse.

 

J’vais chercher les outils »

 

 

Et comme la première fois, il est revenu avec deux verres à pied en cristal impeccablement propres et … un verre à moutarde aux couleurs de « Bonne Nuit les Petits » (on se demande bien pour qui ?) posés sur un plateau argenté.

 

Il m’ a tendu le verre à moutarde en disant :

 

-         « C’est de ton âge et le verre est spécial pour résister à ton machin à bulles ! »

 

Puis il a rempli avec soin les deux beaux verres. Un pour Raoul, l’autre pour lui.

 

 

Et nous avons trinqué tous les trois, comme de vieux copains, Michel, Raoul et moi au milieu de la brocante, devant des passants amusés ou médusés par le spectacle.

 

Puis, Michel a dit :

 

-         « Très bien ton p’tit vin. Ton mari a bien choisi.

       Tu sais que j’attendais, ma Poule. Hein, Raoul que c’est vrai ? »

Et Raoul d’acquiescer de la tête.

-«  T’aimes toujours les poupées ?

- oui

- Alors, j'ai quelque chose pour toi. Bouge pas !"

 

Tout en parlant, Michel est parti en direction du fourgon.

Mais pas vers les portes arrière. Il est allé dans la cabine de laquelle il a sorti un étrange paquet. Il est revenu vers moi et l’a déposé sur mes genoux. Quelque chose de grand était emballé dans un drap un peu gris.

-«  c’est pour moi ?

 

-         Ben oui, allez ouvre qu’on voit c’qui y a dedans »

Et j’ai ouvert le drap pour trouver une magnifique poupée Corolle.

J’en avais le souffle coupé.

-         « comme elle est belle, oh la la la !

-Elle te plaît c’est vrai ? j’lai gardée rien que pour toi. Raoul, il a voulu la vendre, mais j’ai dit t’attends qu’on ait fini Créteil. Après on verra !

Donne 1 euro au chef, c’est le prix ! »

-         Merci Michel, merci Raoul. Je ne sais pas quoi dire. Elle est si belle cette poupée !

-         Alors dis rien !

 Bon ben, faudrait peut-être bosser maintenant parce c’est pas comme ça qu’on va gagner des sous ! »

Je ne suis pas allée plus loin dans la brocante. Qu’aurais-je pu trouver de plus beau que mes deux copains et cette poupée ?

 

En quittant Michel, Raoul et Rouky,  je leur ai :

-         «  à l’année prochaine, même heure, même endroit.

-          

-         T’oublie pas la quille, ton poison, les chips et un p’tit quelque chose pour le Rouky ! »

 

Et je suis rentrée chez moi, ma précieuse poupée dans les bras, heureuse d’avoir revu Michel, mon copain le brocanteur.

Ce sont des rencontres comme celle-ci qui donnent tout son sens à la vie. Pendant quelques instants, on vit un grand moment d’amitié pure, tellement simple, tellement inattendu, qu’on en oublie tout le reste.

Cela donne une nouvelle source d’énergie, un sentiment de bonheur très fort,  capable de nous transporter très loin et très longtemps.

J’ai revu Michel, Raoul et Rouky cinq années de suite. Toujours au même endroit et deux fois sous la pluie !

Le rituel était immuable : le bonheur de trinquer pour l’anniversaire de Michel et pour les retrouvailles de l’amitié.

Et je suis toujours repartie avec une poupée et même une fois avec une maison de poupée.

La sixième année, j’étais toute seule au rendez-vous. La septième aussi.

J’ai demandé aux autres brocanteurs s’ils connaissaient Michel et s’ils savaient où il était.

A la première question, la réponse était positive. A la seconde, il n’y en a pas eu.

Personne ne savait.

 

Michel m’avait toujours dit qu’un jour il partirait faire un voyage en Amérique avec Raoul et Rouky. Il voulait voir les indiens et les cow-boys. C’était son rêve : découvrir le pays de John Wayne.

 

Oui, je pense qu’il a dû partir et que l’année prochaine, il sera de retour pour me raconter son voyage au pays du c…light !

 

 

Lire la suite
1 2 > >>